Fortnite Légal ? / Battlefield 5 intéressant ? / Tweet-marketing ? Fleur2SEL | 09_06_2018 |


D’un simple mode, le battle royale est devenu
un genre à part entière dans l’univers du jeu vidéo. Le genre a connu une croissance des plus rapide
et ne présente encore aucun signe d’essoufflement. PUBG battait un record en réunissant près
de 4 millions de joueurs simultanément alors qu’il n’était encore qu’en beta. Fortnite lui, réussissait l’inimaginable
en dépassant les 45 millions de joueurs avant même de souffler sa première bougie. Malgré la difficulté de détrôner ces deux
phénomènes, nombreux sont les studios qui se sont lancés dans l’arène. Et les plus gros éditeurs, toujours attentifs
au sens du vent, se mirent à faire rentrer au chausse-pied, des modes battle royal dans
leur titre. On apprenait récemment que le studio Bluehole
à l’origine du titre à succès PlayerUnknown’s BattleGrounds attaquait en justice Epic Games,
le développeur de l’autre battle royale à succès, Fortnite. “Nous avons porté plainte en janvier pour
protéger nos droits d’auteur” expliquait par l’intermédiaire de son porte-parole,
le studio sud-coréen. Il est vrai que les deux jeux sont très proches,100
joueurs s’affrontent dans une map où la zone de combat se restreint au fur et à mesure
de la partie pour qu’à la fin, il n’en reste qu’un. Mais là où PUBG se rapproche d’une simulation
militaire avec une gestion réaliste de la balistique dans un environnement graphique
sérieux, Fortnite joue la carte du jeu grand public. Des graphismes cartoonesques, Un gameplay
moins punitif, et surtout, de l’action omniprésente là où l’observation et l’attente font
partie intégrante du gameplay de PUBG. Si le jeu vidéo est une œuvre de l’esprit,
protégée par le droit d’auteur, la condition de protection dépend de l’originalité de
la création. Et cette originalité s’apprécie en fonction
de l’empreinte de l’auteur. Autrement dit, Epic games a-t-il apporté
suffisamment de lui dans Fortnite pour se distinguer de PUBG ? C’est la question à
laquelle va devoir répondre le juge. Le verdict n’est pas encore rendu, mais
il semble donc qu’en l’espèce, un procès pour violation de propriété intellectuelle
risque de tourner court. Car il est bien sûr possible de protéger
son code source ou ses graphismes, mais il est jusqu’alors impossible de protéger
une expérience de jeu, cela reviendrait en effet à s’approprier un genre tout entier. D’autant que PUBG comme Fortnite s’inscrivent
dans le genre plus vaste des shooters et s’en réclamer les droits exclusifs est impossible
pour l’un comme pour l’autre. Il aurait fallu pour commencer, arriver 40
ans plus tôt. On peut déjà imaginer les conséquences
néfastes si PUBG obtenait gain de cause. Cela créerait un précédent qui ouvrirait
les portes à un tout un tas de cas similaires ou chacun attaquerait son concurrent sous
prétexte qu’il a eu une idée de gameplay ou d’interface en premier. Imaginez iD software revendiquant la paternité
du FPS, avec Wolfenstein 3D. Ou imaginez chaque RPG, rechercher la parenté
de leur système de jeu. Il est peu probable que PUBG remporte la partie. Tout comme il est peu probable que PUBG ait
fait ce procès dans l’intention de le gagner. Cela ressemble bien plus à un tir de sommation,
comme pour rappeler aux autres développeurs attirés par la hype du battle royale qu’il
est toujours là et qu’il ne compte pas rendre les armes si facilement. En attaquant Fortnite, PUBG cherche surtout
à couper l’envie aux autres d’essayer de se lancer dans des tentatives potentiellement
encore plus proche de la sienne. BATTLEFIELD 5 s’est dévoilé et il y a quelque
chose d’intéressant.. Ce n’est pas son titre, qui passe du numéro
1 à 5. Surmarketé, on sait très bien que les grosses
productions ne mettent aucun talent créatif dans le titre qu’ils lui donnent. Par exemple, le prochain Hitman s’appellera
Hitman 2, comme l’épisode sorti en 2002. Ou pensons également à assassin’s creed
qui après s’être appelé Origin, nommera son prochain titre Oddysée, niveau plan plan,
ça ne s’invente pas. Il y a quelque chose d’intéressant dans
cette annonce de Battlefield 5, mais ce n’est pas son trailer. Non, lui, est une caricature parfaite, bande-annonce
sans âme animée par la seule volonté de respecter un cahier des charges. Comme d’habitude, le son est étouffé en
début, puis vient le cri de motivation qui lance l’assaut, explosion, on tombe, on
entend go go, on croise un blessé, puis, explosion innombrable, sans discontinuer. S’il y a quelque chose d’intéressant dans
cette annonce de Battlefield 5, c’est qu’il n’y aura pas de lootbox, ces pochettes surprises
qu’on achète ou que l’on gagne, sans en connaître le contenu. Il y a peu, les lootbox étaient un modèle
économique sérieux pour de nombreux jeux. Voir Electronic arts l’écarter, après
avoir franchement misé dessus, montre que dans cette industrie, les modèles de vente
peuvent s’user rapidement. En surexploitant son filon, il semblerait
qu’E.A. ait réussi à casser son jouer. Les microtransactions plus conventionnelles
reprendront le relais pour ce jeu. Après ce désaveu, reste à savoir ce que
fera l’éditeur dans le futur, avec le mode Ultimate Team, le plus populaire de son jeu
FIFA, puisque ce mode repose fortement sur le principe des lootboxes. On achète ou on gagner des cartes aléatoires,
dans l’espoir de tomber sur le joueur de foot qu’on voulait pour mettre dans son
équipe. En parlant de Fifa 18, fin mai, le joueur
Thomas Meunier demandait à l’éditeur de jeu sur twitter, d’être plus proche de
la réalité dans la représentation graphique de sa tête.19 minutes plus tard, le compte
officiel EA FIFA France acceptait sa demande et lui montrait les progrès réalisés. Hypothèse 1 : Les développeurs chez E.A.
sont d’une productivité hors du commun Hypothèse 2 : Le hasard faisait que son design
dans le jeu était déjà en cours de remaniement pour la prochaine mise à jour, et ce joueur
était déjà dans un trailer existant, le community manager n’eut besoin que du temps
d’uploader la vidéo. Hypothèse 3 : C’est un coup marketing en
partenariat avec le jeu. La réponse ici ne m’intéresse guère, mais
s’il me plaît de vous le souligner, c’est qu’on observe de plus en plus ce scénario
de la demande sur Twitter. Par exemple dernièrement , le talentueux
Dr Discrecpect faisait également une demande irrévérencieuse afin d’obtenir un skin
lui faisant référence. 5 jours plus tard, l’éditeur annoncé ces skins, en disant
je cite : “Nous avons travaillé en étroite collaboration avec Dr DisRespect et Shroud
pour concevoir ces skins d’armes. C’est un vrai partenariat entre eux et PUBG
Corp.” Hypothèse 1 : il est très rapide
Hypothèse 2 : hasard du calendrier Hypothèse 3 : publicité
Sans avoir besoin de trancher, on peut imaginer que cette technique marketing pourrait se
développer, technique très valorisante pour la marque puisque montre sa capacité à écouter
les retours et demande, permettant ainsi de bâtir une image de marque proche de ses clients
en profitant de la notoriété des influenceurs.

15 thoughts on “Fortnite Légal ? / Battlefield 5 intéressant ? / Tweet-marketing ? Fleur2SEL | 09_06_2018 |

  1. Ils ont quoi les titres des ac ? je les trouve simple et évocateurs, c'est toujours mieux que mettre un chiffre…

    hein par contre les jeux onsenfout

  2. Une question me hante : dans le générique, le "two five seven" vient de quelque chose en particulier ?
    Super émission comme toujours

  3. Vidéo très mauvaise de ta part qui me fait douter sur la qualité de tes vidéos précédente désormais, tu n’explique pas bien la situation entre PUBG et Fortnite et surtout tu ne connais pas la vrai raison de l'attaque, ce n'est pas par rapport au concept du jeu mais bien par rapport à l'utilisation d'Unreal Engine 4, mais bon je te laisse vérifier ça par toi même. Extrêmement déçu, je pensais que tu faisait de la recherche de qualité

  4. Je jouais à des Battleroyals il y a 5 ans sur des serveurs Arma Pubg et Fornite n'ont eu aucune idée. Car le système des battleroyal existait bien avant. Bluehole studio a copié ce qui était pour faire et le revendiquer. Ils n'ont aucune imagination et ils n'ont fait que copier ce que d'autres ont imaginé de nombreuses années avant eux.

  5. le problème c'est si avec le procès de pubg, on commence à remarquer que pubg est lui-même un gros plagiat

  6. La plainte de Bluehole chez Epic ne concerne pas la revendication d un genre; Le communiqué est clair si il est lu jusqu'au bout. Lors du développement de PUBG BlueHole a demandé l'aide et l expertise de epic game korea et bluehole maintenant se plaint que des secrets industriels ont été utilisé par Epic pour développer fortnite sans en informer BlueHole.

  7. Alors, je ne sais pas si c'est bien le cas de leur plainte. Mais de mon point de vue ce n'est pas une prétendue repompe du concept BR qui est à potentiellement incriminer chez Epic, mais bien le fait qu'ils se soient servi des multiples feedbacks du développement de BlueHole sur PUBG (sur l'unreal engine), pour ensuite en faire un concurrent, en seulement 3 mois (cassage de game) et en totale "déloyauté" puisque gratuit (++) qui plus est.
    Voilà où se situe pour moi le point de tension (éthique?) capital dans cette affaire.

  8. J'imagine que EA adopte la stratégie de continuer les loot boxes sur certains de leur jeux, genre FIFA , Maiden et les enlève sur des jeux, disons, qui ciblent plus la communaute de joueur confirmes, type Battlefield, Star Wars, pour se donner une image clean vis-a-vis d'eux .

  9. Du lourd aujourd'hui.
    Si les lootbox tentent disparaissent ne serait ce pas aussi parce qu'elles sont illégales dans beaucoup de pays?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *